Pégase

rail ditch

Quand on voit les chevaux sauter les gros obstacles d’Auteuil, on comprend mieux le mythe de Pégase!

When you watch the horses jumping over the Auteuil formidable rail ditch and fence, you can understand the Pegasus myth!

Publicités
Publié dans equitation | Laisser un commentaire

Etude du Piaffer

readae piaffer 1

J’aime les correspondances entre l’art équestre et l’art pictural. C’est ainsi que les écuyers qui perfectionnent le Piaffer de leur cheval parlent d’ ‘étude du Piaffer’, comme le peintre fait des « études » de son sujet avant de passer à la réalisation d’un tableau. Dans les deux cas, l’artiste (écuyer ou peintre) observe, essaie, recherche, approfondit, sans se préoccuper de l’effet produit sur l’extérieur. C’est en fait pour moi, la phase la plus passionnante de l’activité artististique quelle qu’elle soit. Il est seul avec lui-même, et, dans l’art équestre, avec son cheval. Cette spécificité de l’équitation est une source de bonheur supplémentaire sans équivalent.

Pour continuer dans cette veine des correspondances, j’ai eu un maître de manège qui parlait de « sculpter » son cheval. Il voulait dire que la recherche de l’attitude et de la position juste du cheval était un travail de visualisation, de placement, de mise en forme, de polissage et de recherche de l’harmonie du corps, analogue à l’activité mentale du sculpteur qui dégrossit son bloc de marbre. Ceci impliquait en outre l’idée que la répétition du mouvement bien exécute finit par développer concrètement la musculature et la souplesse du cheval vers plus de beauté et d’expression – le coeur même du travail du sculpteur…

‘Le Piaffer, c’est le Rassembler rythmé. La cadence vient seule quand le cheval se calme »

E. BEUDANT

I find it interesting to investigate correspondances between equestrian and visual arts. For instance, horsemen who undertake improving the Piaffer of their horse refer to ‘studies of Piaffer’, just like painters work on ‘studies’ of their subject before starting their final picture. In both cases, the artist (ecuyer or painter) will observe, try, search, deepen, without minding the effect on the outsiders. As a matter of fact, for me, this is the most exciting stage of any artistic process. The artist is alone with himself, and, in the case of riding, with his horse. This specific feature of horsemanship is an additional source of satisfaction which has no equivalent in the other arts. 

To carry on further along this line I once had a master who talked of ‘sculpting’ one’s horse. He meant that the quest of  the right attitude and the correct position of the horse was based on working on visualizing, positioning the various parts of the horse’s body, honing position and movement into harmony of the whole body, very much alike to the mental activity of the sculptor who  chisels his marble block. This also implied that repeating a well executed movement end up developing the horse muscles and suppleness towards more beauty and expression – the core of the sculptor’s work…

‘Piaffer is collection in rhythm. Cadence comes by itself as the horse calms down’

E. BEUDANT

Publié dans equitation | Laisser un commentaire

New Orleans Blues

 

 

Fuyant de Bourbon l’agitation touristique

Je marchai dans une petite rue oblique

Qui menait à une place d’un autre temps

Endormie loin du monde, depuis très longtemps.

 

La chaleur torride du soleil aveuglant

Recouvrait tout d’un voile de poussière blanc.

L’ocre rose des vieux murs semblait défraichi

Le vert des palmiers paraissait affadi.

 

L’endroit était désert, étrangement muet.

Dans un coin du square un fiacre désuet

Attendait, patient, le client sans y croire.

La tête basse, le cheval faisait peine à voir.

 

Le cocher assis à l’ombre de la capote

Somnolait, calé dans sa longue redingote.

Sous sa toison d’argent son visage d’ébène

Montrait du Sud Profond la misère indigène.

 

Souvent me revient cette petite scène

Au son de la musique noire américaine,

Ce jazz dont j’aime sentir vibrer dans mes veines

Les notes bleues qui savent consoler mes peines.

 

BVC – 2018

Publié dans poesie | Laisser un commentaire

power at work

power at work

L’effort puissant, calme et régulier des chevaux de trait au travail est une leçon de vie.

Watching a team of heavy horses at work is a good way of feeling the power of life.

Publié dans equitation | Laisser un commentaire

exercice

sacchi

Les dessins des peintres italiens du 17ème siècle constituent une mine de modèles innombrables et magnifiques pour perfectionner la compréhension de l’expression des visages. Ce dessin est une copie d’après Andrea Sacchi – qui a inspiré Nicolas Poussin, rien que cela…

Publié dans personnages | Laisser un commentaire

lecture

lecture

Ceux qui aiment la lecture, dont je suis, ont beaucoup de chance: ils peuvent apprendre, rêver, s’émouvoir, rire même sans bouger de leur fauteuil: ils peuvent vivre plusieurs vies..

Dessiner quelqu’un qui est plongé dans sa lecture est très intéressant. Le modèle est à la fois physiquement présent, et psychologiquement tout à fait ailleurs. Le challenge est de traduire cette étrange dissociation sur son visage et dans son attitude. Quand on y parvient, on se rapproche de  l’état de bien-être dans lequel se trouve son modèle.

Publié dans personnages | Laisser un commentaire

cob normand

cob nnormand

Je trouve cette race particulièrement attrayante. Elle se situe à la frontière des chevaux lourds et des chevaux de selle. Les cobs normands allient puissance et élégance. Bien charpentés, ils ont cependant des membres secs et nerveux, avec des fanons peu abondants, une ligne du dessus bien dessinée, une poitrine large et profonde, un ventre long et peu volumineux et un rein court. La tête est un peu lourde, avec un chanfrein souvent convexe, mais bien cravatée sur une encolure légèrement rouée. En somme, une combinaison harmonieuse du ‘gros’ et du ‘sang’. Cela en fait un beau cheval d’attelage. Le dessin ci-dessus représente un beau modèle présenté de fort belle manière.

Publié dans equitation | Laisser un commentaire